Inscrivez-vous à la newsletter pour rester au courant de l'actualité et recevez en cadeau une nouvelle exclusive:
(*) Votre email restera confidentiel et vous recevrez un email à chaque sortie de livre, c'est à dire (pas très souvent vu mon rythme de production^^). Vous pouvez vous désabonner à n'importe quel moment.  

Save the date : Mon roman sera publié le….. – Bilan

 

Il y a sept mois devant mes blocages pour avancer sur mon roman, je me suis engagée devant une vingtaine de personnes pour publier mon roman le 1er juillet. Inutile de vérifier dans l’historique sur FB ou insta si vous avez loupé des posts… Non, il n’y a eu aucun concernant mon roman car je ne l’ai pas publié.

J’ai même tardé à écrire cet article alors que ça faisait déjà plusieurs semaines qu’il était évident que je n’aurais rien de concret. L’idée sous-jacente était assez simple : face à une date butoir et en s’engageant fermement devant des personnes, on se met à l’action pour éviter de passer pour un gros mytho. On est maitre de ce qu’on dit, mais une fois qu’on l’a dit, on en est esclave.

Pourtant, ça avait bien commencé

À l’époque, je pensais que mon problème était surtout venait du manque de temps. J’avais de longues journées de travail, un long temps de trajet pour aller au travail… Je rentrais le soir épuisée avec la motivation en berne. Je me suis retroussé les manches, modifié mon emploi du temps pour être plus productive. Je n’arrivais toujours pas à enclencher la deuxième. Que m’arrivait-il ?

Un problème plus profond

En février, pour les besoins d’un recrutement, j’ai passé des tests de personnalité. Et ces tests ont révélé un grand manque de confiance en moi. Au début, j’étais abasourdie. j’avais la preuve que ces tests, c’était bien de la m**** en barre. L’image que je donne au premier abord est très différente. Malgré moi, l’idée a commencé à faire son chemin. J’ai commencé à ramasser les petits cailloux : ces petites phrases que je me répète sans cesse qui me cassaient, à demander ce que les autres pensaient de moi… Devant les faits, j’ai dû me rendre à l’évidence…

L’acceptation

OK, je manque de confiance en moi mais… Ce n’était pas une raison. En avril, je me suis remise à écrire. Sérieusement. Plus d’excuses : 200 mots par jour, environ une demi-page. J’avais un beau planning, j’en avais pour 3 mois pour avoir un premier jet. C’était facile, je pouvais y arriver. Seulement en relisant mes brouillons depuis ces deux ans, j’étais insatisfaite. J’avais eu une bonne idée mais ce n’était pas suffisant. Pourquoi des gens liraient quelque chose que ça me faisait chier d’écrire ?

99 % d’inspiration, 1 % d’action

Courant juin, une amie m’a demandé d’écrire une nouvelle pour un festival qu’elle organise. Je vous en parlerais plus longuement. Pendant qu’on échangeait, j’ai immédiatement su de quoi j’allais parler. Je m’y suis attelée sans tarder. Deux semaines après j’avais une nouvelle de 50 pages écrites en quatorze heures. Écrire c’est facile. SMS, emails, notes : tout le monde écrit. Mais la différence entre ma tante Jeanette (hum je dirais plutôt Akoffa), moi et Guillaume Musso ce sont nos idées (si on enlève le compte en banque, et le fait qu’il soit blanc… etc etc etc). C’est que la richesse réside.

Une prise de conscience et remises en question

ce challenge m’a permis de faire d’énormes progrès sur mes motivations : ai-je envie d’être écrivain ? Est-ce que je me vois galérer ainsi à chaque livre ? Vais accepter de vivre en vendant que quelques copies par ci par la de mes livres ? Cependant, j’ai plus conscience de mes sensibilités. J’ai été honnête vis-à-vis de moi même. Je n’étais heureusement pas seule dans l’histoire : merci aussi à tous mes amis écrivains qui me conseillent (et dont les progrès encouragent). et à tous ceux qui me soutiennent dans l’ombre (vous vous reconnaissez:-))

C’est quoi la suite ?

Là c’est SUR mon roman sortira le 12 avril 201…. Non, je travaille sur un plan. J’ai mis le doigt sur ce qui me manque pour faire avancer mon idée. J’avoue que le temps m’inquiète, je ne pensais prendre autant de temps pour le faire. Mais chacun son rythme, ce n’est pas une course. Et en entendant que je ponde ma merveille, plein de surprises vous attendrons.

Bonnes vacances à ceux qui partent et surtout à ceux qui ne partent pas^^

 

Pas encore de commentaires.

Qu’en pensez-vous?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *