Inscrivez-vous à la newsletter pour rester au courant de l'actualité et recevez en cadeau une nouvelle exclusive:
(*) Vos données personnes resteront confidentielles  

Polar Africain #3: Le Gabon retombe toujours sur ses pattes

Et nous continuons notre folle épopée pour arriver au Gabon.

Ahhh le Gabon, un pays cher à mon coeur. D’une part parce qu’une partie de ma famille l’est et d’autre part parce que j’ai pris un énorme plaisir à découvrir le Gabon d’Otsiemi. 

Un système politique à revoir

Si vous voulez découvrir une Afrique moderne et sans fioritures alors African Tabloid est fait pour vous. Pourtant, il n’y a aucune complaisance dans le portrait décrit : la corruption, le sous-développement, la société machiste… Nous sommes beaucoup à nous indigner de l’image négative véhiculée sur l’Afrique dans les médias occidentaux notamment, pourtant les premiers à maltraiter l’Afrique sont les africains eux-même. Et je crois la première étape du changement, c’est accepter qu’il en faut un. Et pour vouloir un changement, on commence par accepter la réalité aussi peu ragoûtante qu’elle soit.

L’une des réalités qui m’a le plus marqué dans le roman est le système politique. Gabon, Tchad, Congo Mali, Togo, Niger, Afrique du Sud… Les exemples cités dans le livre pullulent sur le continent.

Elle était dirigée depuis plus de vingt ans — un record de longévité — par Lucien Kuna, un cousin germain du chef de l’État gabonais. Et des proches parents du chef de l’État, on en retrouvait à tous les postes sécuritaires du pays. Le coup d’État a toujours été la hantise des dictatures.

Je me suis donc interrogée : le système démocratique occidental est-il le mode le plus adapté pour l’Afrique? La Côte d’Ivoire de Houphouët (33 ans de règne) ou le Burkina Faso de Thomas Sankara arrivé par un coup d’état n’étaient pas démocratiques. Pourtant, la Côte d’Ivoire a prospéré durant le règne d’Houphouët et les rêves d’unité de Thomas Sankara sont encore une vibrante réalité. 

Même l’Occident n’a pas le système démocratique idéal. Je pense à ce pays eurasien, où l’homme alterne entre le poste de président de la confédération et président du gouvernement depuis 1999? Je ne dirais pas le nom, personne ne va me protéger…. Et pourtant est-ce que les grands de ce monde peuvent composer aujourd’hui sans la Russie (oups… elle l’a dit) ou la Chine?

Aucun système politique n’est parfait, à l’Afrique de trouver le sien.

Enquête à l’ancienne

Columbo lui même n’aurait pas pu mieux mener cette enquête! : ici la recherche des cartes grise n’est pas informatisée et les rapports se tapent encore à la machine à écrire.

Il avait aperçu Minko devant sa machine à écrire qui crachouillait un bruit éraillé à tel point qu’on se serait cru dans un atelier de couture de fortune. La comparaison n’était pas fortuite. Le bureau que se partageaient les enquêteurs ressemblait à un mouroir.

Sur un ton très drôle et caustique, Janis en profite pour dénoncer les méthodes des forces de l’ordre, les trafics, les rackets, le comportement des occidentaux en Afrique

Quand à l’enquête, effarée par l’environnement dans lequel nos chers policiers progressent, je me suis demandée comment diable ils pourraient avancer dans les enquêtes. En effet, plusieurs enquêtes se croisent : la découverture du cadavre du journaliste anti-système et le vol du chéquier du ministre Mébalé, une mère et sa fille fauchées sur un boulevard fréquenté….

Et pourtant entre chance et heureuses déductions, on avance dans cette enquête invraisemblable avec une chute que je n’avais pas vu venir. Jacob Otsiemi a été pour moi une vraie révélation. 

Résumé

 

couverture african tabloïd janis otsiemii

Libreville. 2008. Un an avant les élections, un type est retrouvé mort sur une plage de Libreville, près du palais de la présidence de la République, une balle dans la gorge et deux doigts de la main gauche coupés. La victime est un journaliste d’investigation connu pour ses enquêtes très sensibles sur le pouvoir dont il dénonçait la corruption et la main mise sur les affaires du pays. Pour la corporation, la société civile et les associations de défense de la presse, il s’agit là, à l’évidence, d’un assassinat politique. Mais à Libreville, comme partout ailleurs en Afrique, les apparences sont souvent trompeuses…

Citations

No Comments Yet.

What do you think?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *