Oluf lit « Tout s’effondre » de Chinua Achebe

Permalink 0

Après un été passé à écrire, nous revoici repartis dans un nouveau cycle : Rentrée, Toussaint, Noël, Nouvel an toussa toussa…

Je suis très contente de vous retrouver pour plein de nouveautés, restez à l’écoute!

Tout s’effondre est un classique de la littérature. Il s’agit du premier roman de Chinua Achebe publié en 1958 (en pleine époque coloniale). Le livre fut traduit en 45 langues et sera vendu à des dizaines de millions d’exemplaires.

L’oeuvre de Chinua Achebe visait à redonner amour et dignité au peuple Africain (quand je parle d’Afrique je ne parle pas de blanc ou de noir mais des valeurs). Aujourd’hui encore, il est très commun quand je rencontre des occidentaux de les entendre déclamer que la colonisation a été une bonne chose pour l’Afrique. En tant qu’africaine, ceci m’a toujours hérissé mais comment revendiquer ce que des siècles d’esclavage, d’exploitation et colonisation ont permis de gommer? 

Cette vision a toujours provoqué la frustration de bon nombre de penseurs africains qui se sont appliqués à montrer une autre vérité : une Afrique précoloniale fière de ses traditions et de ses fils. Chinua Achebe est de cette veine.

Le monde s’effondre raconte la vie d’Ekonkwo, jeune homme Ibo vivant dans le visage d’Umofia qui voit son monde irrémédiablement bouleversé par l’arrivée de missionnaires britanniques. Le roman est divisé en trois parties. Les deux premières s’appliquent à expliquer comment la culture Ibo et la dernière partie la rencontre des deux cultures. Cinquante ans après on sait comment l’histoire s’est finie. 

Je salue le travail d’historien de l’auteur qui s’est appliqué à montrer une Afrique du 19ème siècle sans les clichés et propagande colonialiste infériorisante. 

Résumé

Dans le village ibo d’Umuofia, Okonkwo est un homme dont la puissance et le courage sont vantés par tous, dont la voix est écoutée. Rejeton d’un père lâche et paresseux, il doit à lui seul ce qu’il est aujourd’hui : un fermier prospère qui veille sur ses trois épouses et sur ses huit enfants, un sage guerrier jouissant de la confiance des anciens.
Son monde repose sur un équilibre cohérent de règles et de peurs, de rituels et de traditions. Okonkwo habite ce monde, l’accepte et le maîtrise, il en est même l’un des garants. Ce qu’il ignore, c’est que l’extérieur s’apprête à violer une réalité qu’il croyait immuable : les missionnaires d’abord, les colons britanniques ensuite vont bientôt bouleverser irrémédiablement l’existence de tout son peuple.
Tragique roman à la langue limpide, fable cruelle retraçant la destinée d’un homme fier qui ne plie pas, Tout s’effondre rend hommage à l’Afrique précoloniale à l’aube de sa décomposition. “Tant que les lions n’auront pas leurs propres historiens, l’histoire de la chasse glorifiera toujours le chasseur”, dit un proverbe africain que Chinua Achebe aimait à citer. Avec ce roman magistral, il devenait l’un des premiers lions du continent à prendre la plume.

Citations

Oluf lit « La sonate à Bridgetower » de Emmanuel Dongala

Permalink 0

Le livre de ce mois est consacré à Emmanuel Dongala écrivain congolais de dix romans.  J’ai rencontré cet auteur à la dernière édition du salon du livre de Paris.  J’ai été séduite par la passion avec laquelle il parlait du contexte historique du 18ème à l’aube des révolutions qui vont secouer la France. Il n’en fallait pas plus pour que je m’intéresse à son livre.

Avis

Trois aspects m’ont plu dans ce roman:

Continue Reading…

Oluf lit « Il n’y a pas de petite querelle » de Amadou Hampâté Bâ

Permalink 0

Ecrivain, historien, ethnologue, poète et conteur talentueux, Amadou Hampâté Bâ était une des plus hautes figures de la sagesse africaine. Toute sa vie, cet homme s’est attaché à défendre et à sauvegarder les cultures orales peules et le dialogue entre les hommes.

C’est l’un de mes auteurs favoris. J’avoue cet avis n’en est pas vraiment un, tant j’ai aimé les contes qui m’ont bercée toute mon enfance. C’est à lui qu’on doit la fameuse citation:

un vieillard meurt, c’est comme une bibliothèque qui brûle (et pas l’inverse…)

Avis

Ce livre contient treize récits d’aventures qui émerveilleront les tendres pousses et sont bourrés d’enseignements cachés pour « les mentons velus et les talons rugueux ». Les contes d’Hampâté Bâ ( les contes africains en général) ont toujours une vocation didactique car ils ont toujours quelque chose à nous apprendre sur nous-mêmes. Et la confrontation de ces interprétations suscitent bien des débats animés (sauf après un dîner trop copieux).

Généralement, ces fables mettent en scène des animaux ridiculisant les traits de caractère humains. On a ainsi affaire au lièvre rusé mais craintif, la hyène naïve et gourmande ou la panthère rapide et féroce sans parler de Sa Majesté Le Lion.

Certains des contes du recueil illustrent des sentiments humains comme : l’ingratitude dans « L’Homme et le crocodile », l’orgueil dans « Le marabout trop gourmand » ou la méchanceté dans « La coépouse bossue ». D’autres sentiments plus nobles sont mis en avant comme l’amour de soi dans « Le saint homme et la petite souris » et l’amour dans « L’origine de la chauve-souris » ou encore la fidélité et la persévérance dans « Le chapelet d’or ».

Enfin, d’autres fables stigmatisent les dérives sociales : le danger de l’indifférence individuelle face à un conflit modeste comme dans « La querelle des deux lézards », ou le ridicule du pouvoir despotique et tyrannique comme « Le roi qui voulait tuer tous les vieux », les dangers du fanatisme en général dans  « La mare aux guenons ».

Mes préférés du livre sont « Le cadavre de Hyène-Mère » qui montre bien l’humour de l’auteur et qui est une belle satire des inégalités entre les différentes classes sociales et « La querelle des deux lézards » qui rappelle bien qu’à petites causes, grands effets.

Résumé

Contes traditionnels du Mali ou d’ailleurs, ces  » nouveaux contes de la savane  » sont rapportés et développés par Amadou Hampâté Bâ dans le style plein de vivacité, d’humour et de poésie qui est le sien. Qu’il s’agisse de grands récits d’aventures mêlés de fantastique, de satires morales ou sociales, de contes humoristiques ou de tranches de vie savoureuses, on y trouvera non seulement un vif plaisir de lecture et de dépaysement, mais aussi de nombreux sujets de réflexion dont l’actualité est de tous les temps. Certains de ces contes projettent en effet une lumière particulière sur divers défauts ou qualités de la nature humaine ; d’autres stigmatisent certaines tares sociales : tentation du despotisme, fanatisme religieux, indifférence devant les conflits qui ne nous concernent pas, etc. ; d’autres enfin, à travers les aventures de personnages d’exception cachés sous des dehors repoussants, nous invitent à ne jamais juger d’après les apparences… Amadou Hampâté Bâ avait coutume de dire qu’  » instruire en amusant a toujours été le grand principe des maîtres africains de jadis « . Ce recueil montre, une fois de plus, qu’il est l’héritier incontestable de cette grande lignée.

Citations

Oluf lit « Le Terroriste Noir de Tierno Monénembo »

Permalink 0

 

Le livre de ce mois – tout comme ceux que je vais chroniquer cette année – est dédié à l’Afrique. Même s’il n’est pas de bon ton par les temps qui courent, de parler de terrorisme. Autant vous rassurer, je ne vais pas parler de djihhadisme ou de Syrie mais de Résistance! Résistance, Libération, Jean Moulin, déportation, Shoah, Hitler tout ça, tout ça…

Le terroriste noir est une fiction autour la véritable histoire d’Addi Bâ, un tirailleur « sénégalais » qui créé et dirigé le premier maquis de la Résistance dans la forêt des Vosges.

Continue Reading…

Oluf lit « 13 à table! 2017 »

Permalink 0

C’est reparti pour une nouvelle année, une nouvelle année pour partager de belles chroniques et des moments géniaux à vivre ensemble.

Bonne année 2017!! Que cette année soit une fructueuse et l’année des grandes réalisations!

Durant ces vacances de Noël, j’ai jeté mon dévolu sur le recueil de nouvelles 13 à table! C’est déjà la troisième édition au profit du resto du coeur. Un livre acheté = 4 repas distribués. Donc faîtes-vous plaisir et offrez-le sans hésiter. 

Continue Reading…